DaarDaar

Le meilleur de la presse
flamande en français

En Belgique, la quatrième vague est une vague flamande
30·11·21

En Belgique, la quatrième vague est une vague flamande

Alors que les hospitalisations ont augmenté de 26 pour cent la semaine dernière en Flandre, la pression sur les hôpitaux wallons a diminué de 7 pour cent. La Flandre, région la plus vaccinée de Belgique, paie le plus lourd tribut de la quatrième vague.

Temps de lecture : 2 minutes Crédit photo :

Pixabay

Les hospitalisations à la hausse dans toutes les provinces flamandes, et à la baisse dans toute la Wallonie

La quatrième vague de coronavirus frappe la Flandre de plein fouet. La semaine dernière, ce sont en moyenne 11.938 infections quotidiennes qui ont été recensées, ce qui représente une hausse de 48 pour cent par rapport à la semaine précédente. Dans le même temps, les chiffres des hospitalisations ont également grimpé de 26 pour cent : chaque jour, en moyenne 193 patients ont atterri à l’hôpital.

Ces chiffres contrastent avec Bruxelles et la Wallonie, où les contaminations ont « seulement » augmenté de 28 et 30 pour cent, respectivement. La pression sur les hôpitaux wallons a même diminué. Dans toutes les provinces du sud du pays, le nombre de nouvelles hospitalisations a baissé par rapport à la semaine précédente. Il semblerait que le pic de la quatrième vague soit déjà passé. À l’inverse, toutes les provinces flamandes connaissent une augmentation des hospitalisations, de 9 pour cent en Brabant flamand jusqu’à 48 pour cent en Flandre orientale.

Ce pénible constat interpelle, dans la mesure où la Flandre s’est longtemps retranchée derrière sa large couverture vaccinale. En septembre, le gouvernement flamand a d’ailleurs aboli la plupart des mesures sanitaires, car il ne voulait pas que ses citoyens soient « pris en otage » par des régions moins enclines à se faire piquer. Le biostatisticien Geert Molenberghs (KU Leuven/UHasseld) est convaincu que cette attitude est en grande partie responsable des problèmes actuels. « Pendant longtemps, le message consistait à dire que les vaccins viendraient tout résoudre, alors que nous autres, experts, prônions encore le maintien de toute une série de mesures. »

Covid-19 : Les Flamands « pris en otages »… Vraiment ?

Le scientifique fait remarquer qu’au cours des derniers mois, les Flamands ont repris leurs bonnes vieilles habitudes, là où les Wallons et les Bruxellois sont restés prudents. Les zones rurales flamandes ont ainsi connu une hausse galopante de cas, malgré un taux de vaccination élevé. Son confrère Tom Wenseleers (KU Leuven) ajoute à cela que Bruxelles et la Wallonie ont davantage subi les effets des vagues précédentes. « Il est donc possible que la population y ait développé plus d’immunité. »

Les chiffres actuels attirent son attention sur l’observation suivante : outre les enfants de l’école primaire, les contagions repartent de plus belle chez les personnes âgées de plus de 90 ans. La perte d’efficacité du vaccin au fil du temps est notamment en cause. Les responsables politiques ont affirmé que la campagne de la troisième dose de vaccination ne pouvait débuter plus tôt, en raison du délai d’attente nécessaire entre les deux dernières

Partager :
Mots clés :
© DaarDaar ASBL 2021 - Mentions légales - Vie Privée