Daar Daar logo

Le football et l’argent

Source: BAM/Ghelamco

5 octobre 2015

Le football et l’argent

Temps de lecture: 2 minutes

Vendredi dernier était un jour noir pour le football : la justice suisse décidait de donner l’assaut contre Sepp Blatter et Michel Platini, deux grosses légumes du ballon rond, respectivement président sortant de la FIFA, la fédération internationale, et président de l’UEFA, la fédération européenne. Tous deux sont suspectés de malversations. Deuxième sujet du 19h de la VRT : Anderlecht dynamite le projet de stade national. S’il ne s’agit pas de corruption cette fois, il est quand même question d’argent, de beaucoup d’argent. Des sommes qui donnent le tournis aux pauvres mortels que nous sommes. L’amateur de football se rend au stade pour le jeu et l’ambiance, les bonzes y vont pour l’argent et le prestige.

Et pourtant, le monde du football demande chaque année plus d’argent aux pouvoirs publics. L’amateur de football, lui, semble prêt à lui pardonner toujours plus.

Brigitte Grouwels (CD&V), parlementaire et ancienne ministre (NDLR : elle a été ministre flamande des Affaires bruxelloises et de l’Égalité des chances et est aujourd’hui ministre des Travaux publics au gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale), craint que l’État ne doive mettre à nouveau la main au portefeuille depuis qu’Anderlecht menace de renoncer au projet. Ses craintes ne sont pas infondées : le collège échevinal de la ville soutient unanimement le projet de construction d’un nouveau stade sur le parking C et le gouvernement bruxellois, sous l’impulsion du ministre Vanhengel (Open VLD), est lui aussi un grand défenseur de ce sport. Sans compter qu’indirectement, la Région et la ville investissent déjà massivement dans le stade.

La Région et la ville décideront-elles de faire l’appoint vu qu’Anderlecht ne veut pas payer ? Inutile de se poser la question : les autres clubs de football, celui de Bart Verhaeghe en tête (NDLR: le président du FC Bruges), veilleront à ce que la Région n’accorde pas de subsides illégaux à Anderlecht.

La décision du club bruxellois s’assimile à un véritable coup de théâtre. Pas plus tard que fin juin, les mauves et blancs ont conclu un accord avec la ville, la région et le consortium BAM/Ghelamco en vue de la construction du stade, qui sera nécessaire à notre pays pour l’accueil des matches du Championnat d’Europe en 2020. Johan Van den Driessche (N-VA), conseiller communal dans l’opposition, flairait le danger depuis un moment. Il avait demandé à la ville des précisions sur le contrat conclu avec Anderlecht, mais sa demande avait été rejetée avec indignation par l’assemblée. Van den Driessche voulait prendre connaissance des conditions suspensives. Il avait raison. Désespérément muet, Guy Vanhengel est aujourd’hui à court d’arguments. Anderlecht l’a lui aussi roulé dans la farine.

En imaginant que les Anderlechtois, ou Ghelamco, décident de mettre de l’eau dans leur vin, tous les problèmes ne seraient pas résolus. Le parking C est en territoire flamand et la commune de Grimbergen a déjà reçu des centaines de plaintes de ses habitants. Même si la Flandre obtenait le permis de bâtir à temps, il faudrait s’attendre à une tornade de recours au Conseil d’État. On en vient donc à se redemander si le stade pourrait être prêt pour le Championnat d’Europe.

Article en V.O. par Danny Vileyn sur Brussel Deze Week

Traduit du néerlandais par Guillaume Deneufbourg

© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée