Daar Daar logo

(cc) Pixabay

5 mars 2019

Cyclisme à la télé : il est plus que temps de réinventer la roue !

Temps de lecture: 2 minutes

« Si le monde du cyclisme ne se remet pas très vite en question, il n’y aura bientôt plus un chat pour regarder les courses à la télévision. » Daam Van Reeth, professeur d’économie à la KULeuven, analyse depuis des années l’audience des événements sportifs en Europe. « La situation deviendrait dramatique, les chiffres sont en chute libre. Hélas, les responsables ne semblent pas prêts à induire de véritable changement. »

Une exception : le « Ronde »

Une seule exception a confirmé la règle l’an dernier : le Tour des Flandres. Avec 1 218 348 téléspectateurs et une part de marché avoisinant les 70 %, cette édition de la « Plus Belle des Flandres » a été la plus regardée de ces dix dernières années. 

« Difficile d’expliquer pourquoi », avoue Daam Van Reeth. « Peut-être l’annonce d’un grand moment pour Greg Van Avermaet, Oliver Naesen ou Philippe Gilbert. Beaucoup attendaient un Belge à l’arrivée, au terme d’un combat entre compatriotes annoncé comme héroïque par les observateurs. Pour la petite histoire, ce sera finalement un Néerlandais qui franchira la ligne en tête (Niki Terpstra, sous les couleurs d’une équipe flamande, certes).

Il n’en reste que globalement, l’audimat des courses cyclistes est désastreux. « Jamais le Tour de France n’a été aussi peu regardé en Flandre que l’an dernier : une baisse de 14 % par rapport à 2017, qui était déjà un très mauvais cru. Parmi les explications, la clémence de la météo, la concurrence de la Coupe du Monde de football et sans doute l’ennui mortel de la première semaine de course ! » Mais toutes les compétitions de l’année ont perdu des téléspectateurs.

Manque de dynamisme

« Le pire, c’est que la Belgique ne s’en sort encore pas si mal », poursuit le professeur. Chez nous, le cyclisme atteint régulièrement les 60 % de part de marché, un résultat qui laisse la plupart des pays rêveurs. On remarque que le cyclisme féminin a aussi ses fans. « Quand il est diffusé », précise Daam Van Reeth, qui y voit néanmoins une belle marge de croissance. 

« Mais même en Flandre, grande terre de cyclisme, les chiffres baissent. Ce sport doit donc se remettre en question de toute urgence et travailler sur son attractivité. Pour beaucoup de téléspectateurs, il reste soporifique et rétrograde. »

© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée