Daar Daar logo

6 mai 2016

L’Islam dans l’enseignement catholique flamand : « une révolution sociale »

Temps de lecture: 2 minutes

De nos jours, des termes comme « révolution » sont souvent galvaudés. Mais lorsque l’enseignement catholique flamand maintient son projet de donner à l’islam une place à part entière dans ses écoles, on est en droit de parler de « révolution sociale ».

Daardaar - A vendre

Une meilleure connaissance de l’islam, un enseignement de cette religion, mais aussi le libre choix de porter le voile, et jusqu’à la mise en place de salles de prière à l’école… C’est sur cette voie que s’engage l’enseignement catholique, ni plus ni moins.

L’enseignement libre porte en lui un péché originel dans ses relations avec la communauté musulmane du pays. On lui a longtemps reproché de dispenser des cours de religion catholique pour endiguer l’afflux d’enfants musulmans dans ses rangs. Dans de nombreuses écoles, la réalité était plus diverse, mais il est vrai que l’image d’une population blanche exclusive était/est chère au cœur de certains collèges et lycées. C’est pour eux un changement radical de trajectoire.

La position est courageuse. En effet, à une époque où la critique de l’islam est devenue la norme et où l’islamophobie s’est banalisée, tenter de comprendre une autre religion avec un esprit ouvert est déjà courageux en soi. On sera attentif à toute opposition éventuelle qui pourrait surgir au sein de la base conservatrice du réseau catholique, suivant le même clivage idéologico-politique que lors des protestations contre la réforme de l’enseignement secondaire.

« la direction catholique veut former un front religieux avec les musulmans contre l’émergence athée de la laïcité »

Ne soyons pas naïfs. Il est évident que ce virage repose aussi sur des motivations stratégiques. Le « consommateur d’enseignement » islamique peut aider le réseau libre à conserver sa première place sur le marché. Plus précisément, la direction catholique veut former un front religieux avec les musulmans contre l’émergence athée de la laïcité. Cette révolution porte donc en elle le germe d’une nouvelle guerre scolaire, où l’enseignement religieux est à nouveau l’enjeu de la lutte pour l’âme de l’enfant.

L’importance de cette position dépasse même les murs de l’école. Ce que nous vivons ici, c’est une nouvelle contre-réforme. Sauf que cette fois ce n’est pas le protestantisme qui est visé, mais une société dans laquelle chaque dieu est marginalisé. Dans une telle lutte, chrétiens et musulmans sont alliés.

Un nouveau point de vue de l’enseignement catholique sur l’islam peut donc être courageux et utile pour jeter des ponts là où règnent actuellement la division et la méfiance, mais ce n’est pas la solution idéale pour la société. On peut s’étonner qu’en Flandre, on ne donne pas aux enfants l’opportunité de mieux comprendre toutes les religions et les convictions d’une manière ouverte, pédagogique et responsable. Dans tous les réseaux, sans endoctrinement ni paternalisme. Cette importante ouverture est peut-être un pas dans cette direction, mais la route est encore longue.

© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée