La Communauté germanophone, pionnière de la démocratie participative

4 mai 2018 | Auteur : | Traducteur : Ludovic Pierard | Temps de lecture : 1 minute

La Communauté germanophone souhaite renforcer l’implication des citoyens dans les décisions politiques. Le président du parlement, Alexander Miesen (PFF), et le ministre-président, Oliver Paasch (ProDG), ont rencontré à Eupen des experts renommés de la démocratie participative.

À l’automne dernier, le parlement germanophone convoquait pour la toute première fois un atelier citoyen réunissant près de 25 habitants des Cantons de l’Est pour débattre sur le thème de l’accueil des enfants. Après plusieurs sessions de travail d’une journée, les participants ont rassemblé des propositions qu’ils ont présentées aux décideurs politiques. « Les expériences positives de ces ateliers citoyens ont incité Alexander Miesen et Oliver Paasch à réfléchir à des modèles de démocratie participative plus poussés », pouvait-on lire dans un communiqué du parlement.

C’est dans cette optique qu’ils ont sollicité David Van Reybrouck. Écrivain à la renommée internationale, auteur entre autres de « Contre les élections » et « Congo, une histoire », il étudie depuis de nombreuses années des modèles de démocratie innovants. David Van Reybrouck a organisé une rencontre avec les chercheurs en sciences politiques Yves Dejaeghere (Université d’Anvers, KULeuven), Benoît Derenne (Fondation Générations Futures), Min Reuchamps et Christoph Niessen (tous deux de l’UCL).

À cette occasion, ces experts se sont engagés à rassembler des idées pour mettre en place une structure durable de participation citoyenne. « Il me semble important de retrouver à présent, au sein du bureau, un large consensus pour poursuivre les travaux dans cette voie », déclare Alexander Miesen dans le communiqué du parlement.

Les experts réunis autour de David Van Reybrouck sont prêts à mettre leurs connaissances et leurs expériences à la disposition de la Communauté germanophone pour l’ériger en modèle de démocratie participative. « La Communauté germanophone est petite, mais elle possède des compétences étendues. De notre point de vue, cette combinaison est passionnante et très prometteuse pour développer un modèle de démocratie délibérative », a expliqué David Van Reybrouck à l’issue de la rencontre d’Eupen. Pour le ministre-président, Oliver Passch, outre le fait que les conditions sont réunies, les esprits seraient particulièrement mûrs du côté germanophone : « En matière de participation citoyenne, nous aimerions aller plus loin que les autres régions et endosser un rôle de précurseur en la matière. »

Comme vous le savez, DaarDaar est constamment à la recherche de subsides et d'investisseurs. N'hésitez pas à nous soutenir via virement à DAARDAAR ASBL BE13 1430 9380 2539 ou via Paypal

Mots clés : , , , , ,

Le présent article a été reproduit avec l'autorisation expresse de l'éditeur responsable de sa publication initiale, tous droits réservés. Toute réutilisation doit faire l'objet d'une nouvelle demande d'autorisation auprès de la société License2Publish, responsable de la gestion des droits d'utilisation : info@license2publish.be.

GrenzEcho

Grenz-Echo est le quotidien de langue allemande en Belgique. Tiré à 13.500 exemplaires, il traite principalement des informations locales.

Traducteur : Ludovic Pierard
Auteur :
Date de publication : 18/04/2018
Article original : Lire l'article