Daar Daar logo

Theo Francken se délecte de la chute de Merkel

(cc) Tobias Kleinsschmidt

6 septembre 2016

Theo Francken se délecte de la chute de Merkel

Temps de lecture: 2 minutes

Francken (N-VA) s’attaque à la presse après les élections en Allemagne : « L’immense majorité des journalistes continuent de défendre Merkel bec et ongles »

Le secrétaire d’État Theo Francken (N-VA) prend de plus en plus souvent des positions politiques. Pour ce faire, il n’utilise pas les canaux classiques, mais son propre blog. Aujourd’hui, il s’y lance dans une attaque frontale dirigée contre la presse flamande. Et se livre même à une authentique analyse des journaux.

« En Flandre, l’immense majorité des journalistes continuent de défendre Merkel bec et ongles », écrit-il sur son blog dans la foulée des élections en Allemagne, qui ont vu la chancelière Angela Merkel essuyer un sévère revers dans son propre Land pendant que l’AfD, un parti populiste anti-immigration, remportait une victoire monumentale.

« Cette défaite symbolique n’est même pas évoquée à la une de HLN, le plus grand quotidien du pays. Quant au Morgen, le journal flamand qui soutenait le plus ardemment le slogan « Wir schaffen das », excepté une minuscule mention à sa une, il relègue la défaite de Merkel en page 9 », développe Francken dans son analyse de la presse flamande.

Stupeur et tremblements dans la patrie de Merkel

Et le secrétaire d’État d’ajouter qu’à ses yeux, le contraste avec l’Allemagne elle-même est grand : « Les médias allemands apprécient ce qui s’est passé, pour ne pas dire qu’ils s’en délectent : Stupeur et tremblements dans la patrie de Merkel, titre ce quotidien ; L’esprit malveillant de Merkel, titre cet autre journal. N’oublions pas qu’il y a quelques mois, les Verts avaient déjà infligé une solide déconvenue au parti de Merkel dans le sud-est. Merkel saigne des deux côtés et si elle devait perdre le soutien crucial de la CSU au cours des prochaines semaines, ses jours seraient comptés. » Et Bart De Wever aurait alors « finalement raison, fût-ce à retardement », souligne Francken.

La N-VA se montre très critique envers la politique de Merkel. Le parti estime que l’approche de la chancelière allemande, à travers l’ouverture des frontières qu’elle a défendue, a conduit l’Europe à la catastrophe. Cela fait très longtemps que De Wever annonce la chute de Merkel, à cause de sa politique. Des déclarations qui provoquent de vives tensions avec le CD&V, le partenaire de coalition de la N-VA, qui est lui tout à fait sur la même ligne que Merkel.

Mais Francken sent le vent tourner. « Chez mes collègues politiciens de la rue de la Loi, le fort soutien public des premiers mois diminue systématiquement, à quelques exceptions isolées près. Ou quand l’euphorie se mue en un silence gêné… »

« Je me suis toujours montré très critique envers ce genre de politique émotionnelle grandiloquente, où l’on souhaite étaler sa supériorité au moyen d’arguments éthiques et moraux sans bien évaluer l’impact de ce qu’on défend. Je suppose que c’est mon bon sens de paysan de Lubbeek qui parle… », écrit encore Francken. Pas sûr que l’on goûte fort à la lecture de cet article chez les partenaires de coalition du CD&V …

© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée