Daar Daar logo

Photo Twitter : Le Parlement Flamand @tombogman

17 juin 2016

En Flandre, le démantèlement des provinces s’accélère

Temps de lecture: 2 minutes

Les provinces seront partiellement démantelées : un paquet de compétences seront transférées tandis que le nombre de conseillers sera diminué de moitié. C’était donc le moment pour diminuer de moitié également le financement des partis par les provinces, estime la N-VA. Qui dans la foulée dépose une proposition censée économiser 2 millions d’euros. Personne n’est contre, du moins pas ouvertement.

On a assisté à un solide débat hier au parlement flamand lorsque la réforme des provinces a été évoquée. N-VA et Open Vld, tous deux partenaires de coalition, veulent les supprimer, de même que les partis d’opposition Groen et Vlaams Belang. Le CD&V par contre y est farouchement opposé. Et au sp.a, certains sont pour et d’autres contre.

Au final, on a eu droit à un compromis à la belge: les provinces ne seront pas supprimées, mais mutilées. Toutes les matières personnalisables (sport, culture) disparaissent, tandis que toutes les compétences liées au territoire sont maintenues (le tourisme notamment). Et partout on ne conserve que la moitié des conseillers provinciaux.

A cela, la N-VA ajoute encore une petite couche relative au financement des partis : «Nos groupes dans les conseils provinciaux prendront dans chaque province les initiatives nécessaires pour mettre le financement provincial des partis en adéquation avec les missions désormais allégées des provinces», a déclaré le député N-VA Marius Meremans dans l’hémicycle hier. L’opération devrait générer une économie de 2 millions d’euros : exactement la moitié de ce qui est consacré chaque année aux partis par les provinces.

« logique que le financement des partis soit également réduit de moitié »

«Le raisonnement est simple : le gouvernement vient de décider de réduire de moitié le nombre de conseillers provinciaux», explique Matthias Diependaele, chef de groupe N-VA, dans les colonnes du journal De Morgen. «Il est dès lors logique que le financement des partis soit également réduit de moitié.»

Ce faisant, la N-VA entend contrer l’image de partis qui s’accordent des faveurs. En effet, le plafond des dépenses pour les élections locales a été augmenté. Et la période d’attente avant le scrutin a été allongée. Ce dernier point n’a pas manqué de susciter des critiques virulentes de la part du sp.a, de Groen et du Vlaams Belang : en période d’austérité budgétaire, les partis politiques seraient-ils ainsi autorisés à augmenter leurs dépenses ?

Chacun est en tout cas d’accord avec la proposition. Tant le CD&V que les partis d’opposition sp.a et Groen ont réagi en affirmant qu’ils pouvaient difficilement se positionner contre ce projet. Reste à savoir si cela devrait vraiment faire mal… En Flandre, les partis ont reçu ensemble 70 millions d’euros de dotation. Avec 2 millions en moins, il n’est pas certain qu’ils sentiront un réelle différence.

© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée