Daar Daar logo

11 juillet 2015

Vive les Flamigrants !

Temps de lecture: 3 minutes

Le samedi 11 juillet 2015, le mouvement « Gentse Lente » (printemps gantois) organise la toute première fête flamande interculturelle. Ce mouvement entend renouveler en profondeur les modes de pensée et d’action concernant la diversité. À partir de 15 heures, la Sint-Pietersplein de Gand accueillera des concerts, jeux populaires, ateliers et autres « activités éducatives ».

Les symboles de la Flandre, chargés autrefois d‘une signification sociale, ont-ils encore un sens aujourd’hui ? La population flamande compte actuellement plus de 170 nationalités différentes et un enfant de moins de cinq ans sur trois a des origines autres que « flamandes ». Tous ces gens véhiculent de nouvelles histoires, langues et convictions.

Si la super-diversité est devenue la norme en Flandre, force est de constater que la fête nationale flamande ne met pas à l’honneur tous les Flamands, mais uniquement les Flamands dits authentiques.

Ces dernières années, la fête de la Communauté flamande a été récupérée par la droite et reste uniquement associée au lancer de drapeaux et au nationalisme. Il est donc grand temps de se réapproprier cette fête et d’en rétablir la véritable signification : une lutte pour la reconnaissance d’autres identités culturelles.

Tout comme à l’époque d’Hendrik Conscience, la culture dominante adopte encore trop souvent des modèles d’intégration qui visent à l’assimilation des minorités culturelles.

Tout comme à l’époque d’Hendrik Conscience, la culture dominante adopte encore trop souvent des modèles d’intégration qui visent à l’assimilation des minorités culturelles : « nous » déterminons la norme et, « eux » doivent s’adapter. L’ironie veut que, à terme, cette démarche catégorielle attise plus la division (en tout cas dans les têtes et dans les façons de voir) qu’elle ne favorise le sens communautaire.

Le mouvement « Gentse Lente » rejette catégoriquement cette opposition entre le « nous » et le « eux » pour plaider en faveur d’un modèle de citoyenneté inclusif, accordant une place centrale à l’égale dignité de tous.

La question cruciale n’est donc pas de savoir si les Flamands dits authentiques doivent cesser ou non de célébrer leur fête. Il s’agit bien plus de souligner à quel point la Flandre s’est diversifiée et d’insister pour que la fête flamande soit aussi celle des nouveaux Flamands, les Flamigrants ! C’est-à-dire des personnes d’origine ethnoculturelle variée, des émigrants de première, deuxième ou troisième génération, des réfugiés qui séjournent sur notre territoire, des Roms qui vivent dans des immeubles squattés… Tous appartiennent aujourd’hui à notre société flamande et leur culture fait partie intégrante de la culture flamande contemporaine.

Aujourd’hui, « leurs » histoires sont aussi « nos » histoires. Par conséquent, lorsque nous célébrons la « fête nationale flamande », nous célébrons toutes les histoires de tous les gens qui composent notre société.

D’où la nécessité d’organiser le 11 juillet un événement qui mette en lumière cette diversité et qui soit l’occasion pour de jeunes artistes talentueux de laisser libre cours à leur créativité. De cette manière, on apporte une preuve vivante, dynamique et haute en couleur de cette nouvelle société qu’est la Flandre d’aujourd’hui.

Une nouvelle société qui n’ignore plus la diversité et l’hétérogénéité croissantes au sein des villes et qui ose se penser autrement.

Une nouvelle société qui n’ignore plus la diversité et l’hétérogénéité croissantes au sein des villes et qui ose se penser autrement. Notre patrimoine culturel flamand a besoin d’être mis au goût du jour. Le 11 juillet 2015, le lion (ou la lionne) flamand(e) parlera enfin plusieurs langues ! En effet, ce jour-là, tout le monde sera « flamigrant » !

La première Journée des « Flamigrants » aura lieu le samedi 11 juillet 2015, à partir de 15 heures, sur la Sint-Pietersplein de Gand. Il s’agit d’une initiative du mouvement « Gentse Lente ». Le programme complet est consultable sur Facebook. La « Journée des Flamigrants » est organisée en collaboration avec « Make busking free in Ghent », un groupement qui défend les droits des musiciens de rue à Gand.

Mehdi Maréchal

L’article en V.O. sur le site du Wereld Morgen

Les autres articles traduits de Mehdi Maréchal

Les autres articles traduits du Wereld Morgen

Les autres articles liés à la fête flamande du 11 juillet

Mots clés :
© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée