DaarDaar

Le meilleur de la presse
flamande en français

Trop d’épargne? Au revoir logement social ! De l’équité, oui, mais avec modération…
29·06·22

Trop d’épargne? Au revoir logement social ! De l’équité, oui, mais avec modération…

Bart Sturtewagen est journaliste pour le quotidien De Standaard.

Temps de lecture : 2 minutes Crédit photo :

Photo by Pavel Neznanov on Unsplash

Auteur⸱e
Dominique Jonkers
Traducteur Dominique Jonkers

Le ministre flamand du Logement, Matthias Diependaele (N-VA), estime inéquitable d’attribuer un logement social à des personnes qui disposent d’une confortable épargne. Après tout, quelque 170 000 ménages (qui n’ont généralement pas cette chance) attendent depuis des années un tel logement alors qu’elles y ont droit. Le ministre a donc parfaitement raison. On peut pourtant se demander si, poussé par son ardeur réformatrice, il ne devrait pas s’attaquer avec encore plus de vigueur à cette énorme liste d’attente. Le ministre sait pourtant que ces fraudes ne concernent que peu de gens. Mais par son action symbolique, dit-il, il veut restaurer un sentiment d’équité.

Se pourrait-il que Matthias Diependaele, inconsciemment, ait découvert une innovation susceptible de révéler son utilité dans de nombreux domaines politiques, voire dans tous ? Imaginez les extraordinaires percées qui seraient à portée de main, dans certains dossiers qui trainent en longueur sans trouver de solution, si nous les abordions soudain sous l’angle du sentiment d’équité. Laissons de côté, pour un instant, le débat sur la manière de mesurer ce sentiment : après tout, l’intuition du citoyen flamand, grand travailleur, nous permettra sans aucun doute de nous rapprocher de cet objectif.

Hier, la Cour des Comptes nous a déjà fourni un bon exemple, puisqu’elle a constaté que le fisc n’est toujours pas en mesure de vérifier si l’argent placé par certains Belges dans des paradis fiscaux échappe indûment à l’impôt. La liste de ces paradis fiscaux n’a d’ailleurs plus été actualisée depuis 2016. La règlementation existante n’est pas assez efficace, car d’après la Cour des Comptes, il suffit de passer par un intermédiaire étranger pour que le fisc belge soit Gros-Jean comme devant. L’institution y voit une grave atteinte au sentiment d’équité — à l’échelon fédéral, dans ce cas précis.

Logements sociaux: la crise que certains préfèrent ne pas voir

« Décider de passer tout cela au peigne fin serait l’occasion de rendre le système non seulement plus équitable, mais aussi plus simple et plus transparent. »

Les exemples sont légion, et sont loin de ne concerner que la simple fraude fiscale. Sous l’angle du sentiment d’équité, le simple fait de recourir systématiquement aux innombrables mécanismes de déduction et de subvention en vigueur est parfaitement contestable. Décider de passer tout cela au peigne fin, à tous les niveaux politiques, serait l’occasion de rendre le système non seulement plus équitable, mais aussi plus simple et plus transparent.

Il semble peu probable, cependant,  que la population réagisse avec enthousiasme à une politique qui – au nom du sentiment d’équité – remettrait en cause la voiture de société, la non-imposition des revenus locatifs, les titres-services et autres avantages alloués à la classe moyenne laborieuse. Une telle approche ne manquerait pas d’alimenter au contraire d’autres sentiments, moins souhaitables, à l’égard du monde politique. Le meilleur adage, finalement, ne serait-il pas : l’équité, oui, mais avec modération ?

Logements sociaux : la politique flamande du « eigen volk eerst »

Partager :
© DaarDaar ASBL 2021 - Mentions légales - Vie Privée