DaarDaar

Le meilleur de la presse
flamande en français

Décès d’un bébé dans une crèche : l’inertie des autorités flamandes
22·02·22

Décès d’un bébé dans une crèche : l’inertie des autorités flamandes

Temps de lecture : 2 minutes Crédit photo :

(cc) Pixabay

Fabrice Claes
Traducteur Fabrice Claes

Plus les questions surgissent dans le cadre de la dramatique affaire de la crèche de Mariakerke (Gand), moins l’organisation en charge du suivi minutieux de ce dossier depuis des années n’a de réponses à y apporter. Kind en Gezin (le pendant flamand de l’ONE, NDLR) était au courant des nombreuses plaintes, y compris celles concernant les comportements agressifs du personnel envers les parents, les enfants et les bébés. Les services d’inspection avaient été envoyés auprès de la crèche, et leurs rapports ne laissaient que peu de place à l’imagination.

Pourtant, Kind en Gezin, suivi par le ministre du Bien-être Wouter Beke (CD&V), se retranche derrière la « zone grise », cette fameuse zone dans laquelle on classe sans suite des plaintes parce que les responsables du jardin d’enfants réfutent les réclamations des parents. Bien entendu, il est difficile d’analyser la situation entre les parents et les crèches lorsque l’on n’est pas quotidiennement sur place. Mais à la crèche ‘t Sloeberhuisje de Mariakerke, il n’y avait pas de zone grise. Les preuves étaient là, noires sur blanc. Et ce, depuis des années.

Le contexte politique est bien connu : les parents peuvent s’estimer heureux de trouver une place pour leur enfant, vu le manque chronique de places et de personnel diplômé en puériculture. De ce fait, il est moins aisé de procéder à la fermeture d’une crèche que lorsque l’offre est suffisante, en qualité et en quantité. Wouter Beke a beau arguer que jamais le gouvernement n’avait autant investi dans les crèches que depuis le début de la législature actuelle, il n’en demeure pas moins que ce même gouvernement a décidé en 2020 de mettre fin à l’augmentation des subventions aux crèches – une augmentation constante depuis 2013 – et de la reporter à 2026.

« L’année passée, sept autres jardins d’enfants flamands ont perdu leur agréation. C’est à se demander ce qu’il a bien pu se passer dans ces établissements-là ! »

C’est notamment en raison de ce contexte de pénurie que Kind en Gezin doit se contenter de « rectifier les pratiques des crèches » et de « leur fournir une assistance pédagogique ». Le jardin d’enfants incriminé a prétendu avoir tenu compte des recommandations de Kind en Gezin. Pourtant, après quelque temps, des infractions furent constatées, et aucune sanction n’a suivi. Kind en Gezin s’est contenté, une fois de plus, de « rectifier ».

Tous les parents qui ont envoyé leurs enfants dans cette crèche ces dernières années auraient préféré chercher ou attendre plus longtemps une place adéquate plutôt que de lire des articles sur les événements récents. L’année passée, sept autres jardins d’enfants flamands ont perdu leur agréation. C’est à se demander ce qu’il a bien pu se passer dans ces établissements-là !

Partager :
© DaarDaar ASBL 2021 - Mentions légales - Vie Privée