Daar Daar logo

Le Roi ne dit jamais ce qu’il pense

Capture d’écran du JT de la RTBF

31 mai 2019

Le Roi ne dit jamais ce qu’il pense

Temps de lecture: 3 minutes

Le Palais ne désemplit pas. Mardi, Philippe a reçu Wouter Beke (CD&V), Gwendolyn Rutten (Open Vld), John Crombez (sp.a) et les verts. Mercredi, d’autres présidents étaient invités pour le café. De quoi ont-ils parlé ? Nul ne le sait. Ce qui se dit dans le bureau du roi reste dans le bureau du roi.

Il y a six semaines, Philippe Geubels et Philippe de Belgique partageaient un morceau de gâteau dans les moelleux fauteuils de Sa Majesté. L’atmosphère était détendue, les boutades allaient bon train. Ces derniers jours, l’ambiance au palais était différente.

Lundi, le Roi a entamé son tour des présidents de parti en invitant Bart De Wever. L’homme fort de Flandre n’était pas arrivé les mains vides et avait apporté son dernier ouvrage sur l’identité (Over identiteit). Le président de la N-VA a finalement fait figure d’exception, la plupart des autres convives qui lui ont succédé se limitant à une visite strictement professionnelle. Pas le temps de discuter, si ce n’est peut-être de la météo pour briser la glace. [NDLR : Entre-temps, le Roi a également invité le président du Vlaams Belang, Tom Van Grieken et a désigné Johan Van Delanotte (sp.a) et Didier Reynders (MR) comme informateurs.]

Au Palais, les domestiques qui apportent le café referment les portes en partant. Les deux interlocuteurs peuvent ainsi parler en toute liberté. Il fut un temps où, dans les milieux politiques, une rumeur prétendait que toutes les conversations qui se tenaient dans le bureau étaient enregistrées. La photo d’un « enregistreur » posé sur la table servait de preuve. L’histoire a bien fait rire le Palais, puisque l’appareil incriminé n’était autre que la sonnette qui permettait au Roi d’informer le domestique de la fin de l’entretien. Une autre légende raconte que le chef de cabinet van Ypersele écoutait les entretiens du roi Albert caché derrière un rideau !

Toujours est-il que ce qui se dit dans le bureau du roi reste dans le bureau du roi. Le colloque singulier est sacré. Le Roi ne révélera jamais à ses proches le contenu de ses causeries avec les politiques, et inversement. Seul Elio Di Rupo a un jour transgressé la règle. En 2016, il a expliqué que, lors d’une audience, le roi Albert lui avait avoué, les yeux dans les yeux, son intention de se retirer. Pour le reste, rien n’a jamais filtré d’autres conciliabules. « Je sais juste que l’entretien est très formel. Le Roi se contente d’écouter. Il pose de temps à autre une question, qui vise essentiellement à savoir qui est disposé à parler à qui et éventuellement à gouverner » confie ainsi un élu qui a déjà eu l’occasion d’aller prendre le café au Palais.

Philippe en est déjà à son troisième tour de consultations depuis son entrée en fonction. Il était déjà aux commandes après les élections de 2014 et lors de la crise gouvernementale de décembre dernier. La première fois, il utilisait des fiches remplies de notes et de questions qu’il avait préparées. Désormais, il s’en passe, même s’il lui arrive encore de griffonner quelques notes dans un cahier. Le Roi n’exprime jamais son avis au cours de la conversation et il s’interdira de mentionner le contenu d’un entretien précédent. « Il est très prudent, nettement plus que son père. Avec Albert, il y avait parfois une touche d’humour. L’atmosphère était plus détendue. Philippe est beaucoup plus concentré. Il lui arrive de se relâcher, mais jamais plus de trente secondes. Il se reprend très vite », racontait dernièrement un président de parti dans le quotidien Le Soir.

Philippe se démarque de son père sur plusieurs aspects. Albert recevait les présidents au château de Laeken. Les photographes devaient alors se poster à la grille, à des centaines de mètres, et pouvaient s’estimer heureux de capter un cliché flou d’un demi-invité entrant ou sortant d’un véhicule. Philippe accueille aujourd’hui ses convives dans la cour intérieure du palais royal de Bruxelles, et les photos qui en résultent sont bien plus nettes. Le Roi fait aussi régulièrement apporter du café aux journalistes de faction à l’entrée.

Philippe a poursuivi ses consultations mercredi. Les présidents n’ayant pas encore été reçus savent qu’ils doivent se tenir à disposition. Le coup de fil du Palais arrive souvent juste avant l’audience. Ce qui ne laisse pas vraiment le temps d’aller acheter des pralines.

Mots clés :
© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée