Daar Daar logo

L’État belge vend son âme à la Chine pour une bouchée de pain

crédit photo: Zoltán Jánosi

27 novembre 2019

L’État belge vend son âme à la Chine pour une bouchée de pain

Peut-on vraiment continuer à faire des affaires, aveuglément et sans conditions, avec un pays aux actions à ce point en contradiction avec les valeurs occidentales ? Faut-il vraiment minimiser ces pratiques chinoises inacceptables, par pur appât du gain ?

Temps de lecture: 3 minutes

La semaine dernière, l’État belge s’est rendu en Chine avec une délégation de 632 personnes représentant des entreprises, le monde politique, les universités et la famille royale belges. Cette mission économique belge, la plus importante jamais organisée à ce jour, a nécessité des mois de préparation. Les attentes étaient à l’avenant : exporter davantage de produits belges, analyser les préférences du consommateur chinois, acquérir du savoir-faire technologique et conclure des contrats.

L’étude du passé et l’analyse du déficit commercial persistant entre la Belgique et la Chine nous montre à quel point espérer atteindre ces objectifs est illusoire. De plus, les quelques miettes chinoises qui nous reviendraient ainsi seraient obtenues au détriment de valeurs que nos hommes et femmes politiques semblent oublier instantanément dès que la Chine déroule le tapis rouge.

La mission économique belge en Chine ne s’est pas déroulée sans heurts.

D’intenses préparatifs n’ont pas suffi à éviter les cyberattaques chinoises massives contre la délégation, visant à s’approprier des secrets commerciaux et des informations politiques belges. Le mois dernier, Carl Decaluwé (CD&V – gouverneur de la province de Flandre occidentale) ne comprenait pas « l’agitation » relative à l’avis négatif qu’avait émis la Sûreté de l’État à propos de sa visite au quartier général de Huawei et d’Alibaba. On peut se demander s’il a compris, maintenant qu’on sait qu’à certains moments, la délégation belge a subi jusqu’à 135 cyberattaques chinoises par heure.

Le gouverneur Decaluwé n’est pas le seul à minimiser ces pratiques chinoises inacceptables dans l’espoir de gains économiques. Didier Reynders (MR), ministre sortant des Affaires étrangères, bientôt compétent pour la Justice au niveau européen, a fait savoir qu’il estimait indispensable de commercer même avec des puissances autoritaires telles que la Chine.

Jan Jambon (N-VA), ministre-président de la Région flamande, fervent défenseur de l’indépendance flamande, toujours à l’avant-plan quand il s’agit de la question catalane, a laissé entendre son intention d’« aborder prudemment » la question des émeutes pro-démocratiques à Hong Kong pendant la mission économique, après quoi il s’est empressé de passer la patate chaude à l’Europe.

Répression

Pendant la mission, c’est à peine si la question ouïghoure a été abordée. Sur ce dossier, des documents qui ont filtré hier prouvent une fois de plus, que l’État chinois y organise une répression qui cumule incarcération de minorités ethniques et leur endoctrinement par des méthodes violentes.

L’un des arguments contraires souvent évoqués consiste à considérer qu’il ne faut pas confondre les entreprises chinoises et le parti communiste chinois. Les entreprises privées feraient leur choix en fonction d’intérêts économiques exempts de toute considération politique.

Cette position n’est guère pertinente, car la limite entre les entreprises chinoises et les pouvoirs publics n’a jamais été claire ; elle devient d’ailleurs rapidement de plus en plus floue. Le système de points par lequel les autorités chinoises veulent obliger leurs citoyens de « marcher au pas » s’étend déjà aux entreprises domestiques – et étrangères –, qui subissent également des contrôles relatifs à des comportements « indésirables ».

C’est d’ailleurs aux entreprises que les autorités chinoises font systématiquement appel, dans la province du Xinjiang (le territoire des Ouïghours), à Hong Kong et au Tibet, pour créer des bases de données d’après les empreintes digitales et la reconnaissance faciale.

D’où cette question : est-il justifié de continuer à commercer, aveuglément et sans conditions, avec un pays dont les pratiques sont à ce point en contradiction avec les valeurs occidentales ? Le week-end dernier, à Hong Kong, la population a saisi l’occasion des élections pour signaler avec force son appui aux manifestants pro-démocratie, qui mettent leur vie en jeu pour la liberté et la démocratie.

Entretemps, nos politiques pratiquent activement l’autocensure dans le dossier chinois, ce dossier qui, à plus long terme, nous rapporte d’ailleurs bien peu de chose.

Astrid Pepermans
Chargée de recherche à la VUB, spécialiste de la Chine
© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée