DaarDaar

Le meilleur de la presse
flamande en français

Le prix du public des Ultimas a-t-il été détourné par des complotistes ?
16·05·22

Le prix du public des Ultimas a-t-il été détourné par des complotistes ?

Les Ultimas – Prix de la culture flamande (anciennement connus sous le nom de Cultuurprijzen Vlaanderen) – sont décernés par la Communauté flamande à des personnes ou des organisations de diverses expressions culturelles. En 2022, pour la première fois, un prix du public a été organisé.

Temps de lecture : 3 minutes Crédit photo :

Image by Tumisu, please consider ☕ Thank you! 🤗 from Pixabay

Auteur⸱e

La première édition du prix du public Ultima a fini sur une fausse note. Les 10 000 euros de récompense sont revenus à Alain Grootaers et Jakobien Huisman pour leur série documentaire « Tegenwind ». Le reportage donne la parole à des coronasceptiques, sans regard critique. Ce résultat s’explique par une campagne de vote massive sur les réseaux sociaux.

Le prix du public Ultima était censé rester en dehors des sentiers battus. Mission accomplie. La série documentaire Tegenwind d’Alain Grootaers et Jakobien Huisman a remporté le prix culturel flamand. Les deux réalisateurs empochent ainsi la somme de 10 000 euros – argent qui provient des contribuables. Le reportage se compose de six entretiens avec des « scientifiques qui se sont trouvés dans l’œil du cyclone durant la crise sanitaire ». Tous s’avèrent être des coronasceptiques, des chercheurs qui, à tout le moins, sous-estiment la gravité de la pandémie. Citons notamment l’économiste de la santé, Lieven Annemans, et le psychologue Mattias Desmet.

Pour beaucoup, la pilule a du mal à passer. La députée flamande Stéphanie D’Hose (Open VLD) a réagi avec vigueur. « Un documentaire qui fait la part belle aux coronasceptiques, et qui n’est autre qu’un ramassis de désinformation sous couvert de journalisme a été plébiscité par le public lors de nos prix culturels flamands », déplore-t-elle. « Les anti-vax, de chez nous ou depuis l’étranger, ont lancé des appels en masse pour influencer les votes. Il ne s’agit même pas d’une production flamande. La série a été filmée en Espagne par une société espagnole. L’organisation pouvait parfaitement la refuser. »

La colère des patients atteints de cancer est plus légitime que celle des antivax

Les complotistes ont détourné les Ultimas, selon elle. En observant les résultats de plus près, il apparaît clairement que les appels à voter pour la série ont fait pencher la balance. Rien Emmery, spécialiste de la vérification des faits, a demandé le détail. Tegenwind a recueilli 12 033 votes, tandis que le deuxième prix a plafonné à 1 773.

Alain Grootaers se défend des critiques : « J’ai donné la parole à six scientifiques qui ont vingt ou trente ans d’expérience dans leurs domaines respectifs. Il s’agit de mener un débat, action qui se situe au cœur de la méthode scientifique. Jusqu’à présent, cette discussion n’a jamais eu lieu. Toutes les voix dissidentes ont été étouffées afin d’orienter des choix politiques. »

Le lauréat nie fermement être l’instigateur de théories du complot. « Cela me met en colère. C’est du journalisme. Va-t-on se mettre à censurer comme en Russie ? »

« Pseudoscience »

Il n’en demeure pas moins que ses interlocuteurs ont été discrédités à maintes reprises. Le site web du SKEPP, une asbl qui fait la chasse aux pseudo-sciences, précise qu’avec « une simple recherche, on constate très vite que divers membres de ce groupe ont été souvent épinglés pour avoir fait des déclarations incorrectes, non scientifiques et/ou trompeuses sur la santé. »

Le ministre-président flamand Jan Jambon (N-VA), dont les compétences s’étendent également à la culture, ne souhaite pas se prononcer sur le fond. Il souligne que le public était libre d’élire les candidats de leur choix. Au sein de son cabinet, une voix s’élève : « Il existe encore une notion nommée liberté d’expression. Certaines opinions seraient-elles désormais proscrites ? ».

Fake news, ou comment les penseurs de gauche ont procréé un monstre

Une chose est sûre : le Parlement se penchera à nouveau sur le premier prix du public. Stéphanie D’Hose, membre de la commission de la Culture, ne veut pas en rester là. « Comment en est-on arrivé à un tel résultat ? Quels étaient les critères ? Et que fera-t-on à l’avenir pour éviter ce genre de scénario ? Voilà autant de questions qui doivent être traitées d’urgence. ». »

Du côté du SKEPP, l’heure est au laconisme : « Après tout, nous pouvons considérer Tegenwind et de telles initiatives comme des produits culturels. À ranger dans la catégorie ‘fiction’. »

Partager :
© DaarDaar ASBL 2021 - Mentions légales - Vie Privée