Daar Daar logo

Fête de la Communauté flamande: les irresponsables dépenses du gouvernement Jambon

(cc) Pixabay

1 juillet 2020

Fête de la Communauté flamande: les irresponsables dépenses du gouvernement Jambon

Temps de lecture: 3 minutes

Pour les pouvoirs publics, l’heure n’est vraiment pas à subventionner les cocktails entre voisins. Et pourtant, c’est très exactement ce que la Région flamande se prépare à faire le 11 juillet prochain.

Parfois, il suffit de croiser les déclarations de divers ministres pour constater que quelque chose ne tourne pas rond. Début juin, le ministre flamand du Budget, Matthias Diependaele (N-VA), annonçait la décision du gouvernement flamand de dépenser cette année environ 6,5 milliards d’euros – dont il n’a pas le premier sou. En effet, cette année, le déficit budgétaire sera finalement 15 fois plus élevé que les 432 millions d’euros initialement prévus. 

La semaine dernière, la ministre flamande de l’Économie, Hilde Crevits (CD&V), manifestait son intention de dépenser, au cours des quatre prochaines années, quelque 90 millions d’euros au profit de l’entrepreneuriat. Ces fonds seront versés à Unizo, à la Voka et à d’autres organismes représentatifs de la société civile, pour financer des prestations de conseil. 

Lundi, c’était au tour du ministre-président flamand Jan Jambon (N-VA) et du vice-ministre-président Bart Somers (Open VLD) de s’exprimer. Aux Flamands qui ont l’intention de célébrer la fête régionale flamande du 11 juillet au sein d’une petite bulle entre voisins, ils ont promis un chèque de 180 euros, pour commander collations et boissons rafraîchissantes auprès des représentants locaux de l’horeca.

Enfin, rappelons ce que nous disent la Banque Nationale et le Bureau fédéral du plan : le pouvoir d’achat de la population belge est relativement intact, en dépit de la crise. 

Le gouvernement flamand a-t-il bien compris?

Les grandes sources d’inquiétudes, aujourd’hui, ce sont la relance des entreprises, la vague de licenciements et de faillites qui s’annonce et l’abysse du déficit budgétaire. La crise du coronavirus a montré — de manière tragique — à quel point le personnel des centres de soins et d’hébergement est sous-payé, et à quel point les investissements destinés aux soins à nos aînés sont à la traîne par comparaison aux investissements dans les hôpitaux. 

Dans de telles circonstances, après un tel choc, ne serait-on pas en droit d’attendre que les pouvoirs publics repartent d’une feuille blanche et réétudient leurs priorités ? Celles-ci sont pourtant claires : il faut réinvestir dans les soins de santé aux personnes âgées, et il faut aiguillonner la relance économique.

Et là, on se demande si le gouvernement flamand a bien tout compris. Jeter à la tête d’organismes de la société civile 90 millions d’euros destinés à « l’entrepreneuriat », est-ce vraiment cela, la relance que nous attendons ? Est-il vraiment indispensable de subventionner une fête entre voisins, l’année même où le budget connaît un déficit historique de 6,5 milliards d’euros ? 

Dépenses inutiles

Tout ceci rappelle évidemment l’époque du « tout gratuit » de feu Steve Stevaert (sp.a). À l’époque, en 2002, le gouvernement arc-en-ciel de Patrick Dewael — dont Steve Stevaert était le vice-ministre-président — avait eu l’idée de distribuer des « chèques barbecue » de 200 euros à tous les citoyens flamands qui voulaient fêter la fête régionale flamande avec leurs voisins. Ce geste est même devenu une tradition. 

Sauf un détail : en 2002, le gouvernement flamand avait bouclé son budget sur un excédent de 250 millions d’euros. On avait de quoi se permettre cette générosité. 

Aujourd’hui, non. Le choc que nous venons de subir nous amène, tous, à nous interroger sur ce qui est essentiel et ce qui ne l’est pas. Les entreprises tentent de se réinventer par la digitalisation et de travailler à moindre coût. Les familles économisent davantage et consomment moins. Est-ce trop demander aux pouvoirs publics que de se prêter au même exercice ? Au lieu de cela, le fédéral va débloquer 100 millions d’euros pour financer des voyages gratuits en train, tandis que la Région flamande subsidiera le verre de l’amitié que les Flamands partageront avec leurs voisins.

© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée