DaarDaar

Le meilleur de la presse
flamande en français

Emploi : la Flandre distribue des devoirs au fédéral
07·09·21

Emploi : la Flandre distribue des devoirs au fédéral

Temps de lecture : 2 minutes Crédit photo :

(cc) Stocksnap via Pixabay

Après la réforme des pensions, le gouvernement De Croo s’attaque à la non moins épineuse question de l’emploi. Une conférence sur le sujet se tiendra ce mardi. Hilde Crevits, ministre flamande de l’Emploi, demandera au gouvernement fédéral d’aligner sa politique sur celle de la Flandre à travers 29 points concrets. « Une étape en attendant une répartition plus homogène des compétences. »

Cette semaine, Pierre-Yves Dermagne (PS), ministre fédéral de l’Emploi, a fixé le premier grand rendez-vous en vue de la réforme du marché du travail. Il organisera une « conférence sur l’emploi » (en grande partie numérique) aujourd’hui et demain, dessinant ainsi les prémices d’actions concrètes censées voir le jour d’ici la fin de l’année.

L’objectif est de réformer le marché de l’emploi, afin de laisser moins de personnes sur le carreau. Reste que la politique de l’emploi nage dans un fouillis de compétences, et que les ministres régionaux ont autant leur mot à dire que Pierre-Yves Dermagne en personne.

Accords spécifiques avec la Flandre

Côté flamand, la ministre Hilde Crevits (CD&V) brandit déjà fermement une liste de souhaits. Lors de la conférence, elle mettra 29 propositions concrètes sur la table afin que la politique fédérale s’aligne davantage sur la Flandre. Elle plaide pour des « arrangements asymétriques » en vertu desquels le fédéral aurait des accords spécifiques avec la Flandre. Ces accords concernent notamment l’échange d’informations relatives aux maladies de longue durée, les formations des demandeurs d’emploi et les systèmes de congé. Autant de sujets précis où les gouvernements flamand et fédéral risquent de se marcher sur les pieds, et pour lesquels Hilde Crevits exhorte le fédéral à soutenir la politique flamande en la matière.

Réforme de l’État

Dans sa note, Hilde Crevits considère de tels accords comme étant une simple étape vers la prochaine réforme de l’État. « Le gouvernement flamand appelle à une répartition des compétences plus homogène et plus efficace », écrit-elle. Dans l’intervalle, elle demande au gouvernement fédéral de « prendre des mesures, le cas échéant, par le biais d’une politique asymétrique ».

La notion d’arrangements asymétriques est reprise dans l’accord de gouvernement fédéral. Le ministre Dermagne déclare d’ailleurs n’avoir aucune objection sur le principe. « Sauf si la démarche s’inscrit dans la poursuite du processus de régionalisation », ajoute son porte-parole. Or il semblerait justement que ce soit l’objectif affiché par Hilde Crevits.

Métiers en pénurie

La Flandre n’est pas la seule à mettre la pression à Pierre-Yves Dermagne. Karine Lalieux, sa camarade de parti, table en effet sur un taux d’emploi à la hausse pour financer ses plans de pension. Les partenaires de coalition libéraux, quant à eux, ont également des propositions toutes faites pour stimuler l’emploi. Le président du MR, Georges-Louis Bouchez, veut davantage sanctionner les demandeurs d’emploi qui refusent de suivre une formation menant à un métier en pénurie. L’Open VLD se rallie à cette position.

La question des métiers en pénurie fera l’objet d’une conférence interministérielle ce vendredi. La réunion organisée aujourd’hui et demain se concentrera en substance sur les chemins à suivre afin que les personnes en fin de carrière restent plus longtemps au travail.

 

Partager :
© DaarDaar ASBL 2021 - Mentions légales - Vie Privée