Daar Daar logo

13 novembre 2020

Soutien du fédéral aux hôpitaux: une catastrophe pour les maisons de repos flamandes?

Temps de lecture: 2 minutes

Le secteur des soins de santé flamand crie à la discrimination. Alors que le gouvernement fédéral dégage des centaines de millions afin d’offrir de meilleurs salaires et du renfort au personnel hospitalier, la concertation coince en Flandre. « Si cela continue comme ça, nous risquons d’assister à un exode du personnel des centres d’hébergement et de soins », avertit Zorgnet-Icuro, la plus grande organisation sectorielle des soins de santé en Flandre.

Les négociations portant sur les « solides efforts » promis par le gouvernement flamand sont toujours en cours, mais pourraient s’avérer vaines au vu des fonds supplémentaires alloués aux hôpitaux. Reste que les besoins des centres d’hébergement et de soins sont tout aussi grands.

En début d’année, Het Nieuwsblad s’était penché de près sur la situation du secteur, qui lançait déjà des appels à l’aide : les moyens financiers disponibles ne permettent pas d’engager suffisamment de personnel afin de fournir les soins nécessaires à des résidents en situation de grande dépendance. Le personnel doit souvent se plier en quatre afin d’accomplir sa mission, ce qui donne parfois lieu à des dérives inhumaines, le tout pour un salaire qui augmente à peine au fil des ans. Au même moment, le coronavirus ne faisait l’objet que d’un bref article dans la rubrique d’actualité internationale.

Nulle part ailleurs le virus n’a causé autant de ravages que dans les centres d’hébergement et de soins. Selon les chiffres officiels, 5.932 décès sur les 13.561 recensés proviennent des maisons de repos. Or ces chiffres, qui ne tiennent pas compte des personnes transférées vers un hôpital, font office de cache-misère aux yeux des survivants et du personnel soignant.


►►► Participez aussi au quiz en images « Connaissez-vous vraiment la Flandre ? », grâce à Dring Dring, le podcast qui vous fait découvrir la Flandre à vélo


Si la Flandre ne parvient pas à aligner ses efforts sur ceux consentis en faveur des hôpitaux, toutes les fameuses promesses du gouvernement Jambon laisseront un goût pour le moins amer. Les soins aux personnes âgées basculeront dans une lutte concurrentielle perdue d’avance. Pourquoi une infirmière ou un aide-soignant iraient-ils encore chercher du boulot dans un centre de soins de jour alors qu’ils seraient mieux payés et davantage encadrés en hôpital ?

Les conséquences se sentent à plein nez. Une pénurie de personnel pour des résidents en situation de profonde dépendance. La même chose en pire, donc, et ce après la plus grande crise des soins de santé de ces cent dernières années. Cherchez l’erreur.

Mots clés :
© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée