Daar Daar logo

Mobilité : l’exemple gantois prouve que l’audace politique est récompensée

(cc) Needpix

14 juin 2019

Mobilité : l’exemple gantois prouve que l’audace politique est récompensée

Temps de lecture: 2 minutes

Les informations en provenance de Gand sont bonnes. Une nouvelle évaluation de son plan de mobilité, plutôt radical, infirme une fois de plus toutes les prédictions de désastre économique. Au contraire, le taux d’inoccupation recule et les quartiers s’épanouissent, bien au-delà d’une certaine rue commerçante où déambulait depuis toujours une foule compacte. Il est vrai que plusieurs détaillants rencontrent des difficultés, mais qui sont davantage dues à la concurrence féroce de l’internet qu’à la restriction du trafic automobile.

On savait déjà que le plan de circulation permet de respirer un air plus sain dans la ville. Bien entendu, certains points restent à améliorer et méritent d’être traités. Mais on peut aujourd’hui, tout doucement, conclure définitivement que ce plan de mobilité, bien que très contesté, est bénéfique pour Gand. Ce résultat n’est guère étonnant. Louvain a mené une opération similaire à plus petite échelle, qui fut une réussite. En Europe et au-delà, de nombreuses villes (de Paris à Copenhague, de Séville à Helsinki) ont montré depuis longtemps que résurrection économique, meilleure qualité de vie et réduction du trafic automobile vont de pair. Tout autre résultat à Gand aurait donc été surprenant.

Lors des dernières élections locales et nationales, les architectes verts du plan de mobilité gantois ont été récompensés pour leur vision et leur persévérance. Cependant, ni eux ni leurs partenaires de coalition ne doivent se reposer sur leurs lauriers.

Les expériences vécues à l’étranger montrent que les villes peuvent devenir victimes de leur succès : événements publics et tourisme risquent à leur tour de peser sur la qualité de vie, tandis que le pouvoir de séduction retrouvé du centre-ville peut déstabiliser le marché du logement. Deux phénomènes qui, à Gand, sont déjà visibles. Les signaux d’avertissement sont là et la ville doit en tenir compte si elle veut faire honneur à sa réputation de zone urbaine progressiste.

Le succès du plan de mobilité gantois (dans la pratique et sur le plan politique) est essentiel pour l’ensemble du système administratif. En campagne permanente, la Rue de la Loi perd énormément de temps et d’argent dans des questions tactiques et de jalousie réciproque. Des mesures importantes, bien que pénibles, sont abandonnées (comme le péage électronique), reportées (comme le moratoire sur le béton) ou mal expliquées (comme l’allongement des carrières) par crainte de subir la colère de l’électeur.

L’expérience gantoise montre que l’audace politique est récompensée si elle va de pair avec la responsabilité, l’empathie et l’écoute. D’ailleurs, il est bien possible que ce soit justement l’excès d’intrigues et de chamailleries internes qui indigne le citoyen, ce qu’on ne pourrait même pas lui reprocher.

Aujourd’hui comme avant, on a le droit d’être pour ou contre le plan de mobilité gantois, mais on ne peut soutenir que cette question est sans importance, que tout se vaut en politique. C’est faux, comme le démontre à nouveau clairement cet exemple, pour le plus grand bénéfice de l’ensemble du système démocratique.

© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée