Daar Daar logo

Il n’est pas agréable d’être Belge

Crédit: Zoltán Jánosi

19 novembre 2020

Il n’est pas agréable d’être Belge

Temps de lecture: 2 minutes

Heureusement qu’il nous reste les Diables rouges ! Car pour le reste, le Belge n’a pas vraiment de quoi pavoiser, comme l’a une fois de plus démontré ce qui s’est passé à la commission spéciale CoVid-19 de la Chambre. Richard Horton, rédacteur en chef du magazine scientifique The Lancet, dont la réputation mondiale n’est plus à faire, y a vivement critiqué la complexité de la structure de notre pays. M. Horton n’a pas mâché ses mots : « Des gens sont morts à cause de l’organisation politique du pays. »

Si le morcellement de notre politique en matière de soins de santé fait l’objet de critiques depuis longtemps, il est toutefois assez rare qu’un protagoniste externe d’un tel prestige et d’une telle érudition s’exprime aussi durement à ce sujet.

Le système politique belge est difficile à expliquer à un étranger.

Le système politique belge est difficile à expliquer à un étranger. Lors de la première vague comme lors de la seconde, la Belgique était en tête de toutes les statistiques. Nos responsables politiques n’ont pas jugé, pendant des mois entiers, que la plus grande crise sanitaire de ces cent dernières années constituait une raison suffisante pour former un gouvernement. Ainsi, le monde entier a pu s’apercevoir du contraste, du fossé entre la communication du gouvernement Wilmès et les déclarations limpides des chefs d’État des pays qui nous entourent. Puis, comment faire comprendre à qui que ce soit qu’un petit pays comme la Belgique a besoin de huit ministres de la Santé ?

La gestion de la crise du coronavirus n’est pas le seul point négatif du bulletin minable de la Belgique. Hier, nous avons appris que notre pays était sur le point de recevoir une amende salée de l’Europe pour n’avoir pas atteint les objectifs fixés en matière d’énergies renouvelables. Rien d’étonnant, finalement, après des années de non-décisions par les gouvernements successifs à propos du maintien des centrales nucléaires.

C’est la Flandre qui enregistre le plus grand déficit en matière d’énergies renouvelables

Il y a des politiciens qui se plaisent à instrumentaliser ces échecs pour exiger plus d’autonomie pour les régions. Pourtant, ce raisonnement ne tient pas la route. Il faut savoir que c’est justement la Flandre qui enregistre le plus grand déficit en matière d’énergies renouvelables. Pendant la crise du coronavirus, des milliers de personnes sont mortes dans les maisons de repos flamandes à cause d’une politique défaillante. Quant à notre enseignement, les rapports successifs de l’OCDE confirment qu’il s’enfonce de plus en plus profondément.

Ce pays ne va tout simplement pas bien. Ni au nord, ni au sud. Il est temps de repenser en profondeur l’organisation de notre État, mais à cause de la crise sanitaire, nous n’en avons pas le temps. Heureusement, il a aussi de nombreux Belges vaillants, des Flamands, des Wallons et des Bruxellois, qui survivent à cette rude époque avec courage et inventivité. Des Belges qui se tiennent prêts à déblayer le terrain après la crise. Pourvu qu’ils trouvent des responsables politiques capables de les enthousiasmer et de les diriger.

© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée