Daar Daar logo

Bart l’informateur est en grève, Bart le bourgmestre part en Colombie

(cc) Pixabay

3 juillet 2019

Bart l’informateur est en grève, Bart le bourgmestre part en Colombie

Temps de lecture: 3 minutes

Vive les vacances ! N’hésitez pas à partir trois bonnes semaines, à votre aise. De toute façon, il y a peu de chances que la situation ait évolué à votre retour, du moins dans le processus de formation des nouveaux gouvernements. En effet, notre pays nage dans une telle prospérité que toute hâte s’avérerait superflue. La mission d’information confiée par notre souverain à Reynders et Vande Lanotte a été prolongée ce lundi pour cause d’échec. Ainsi, jusqu’au 29 juillet au moins, nos informateurs fédéraux continueront d’arpenter leur lumineux sentier, sur la mauvaise voie. Au niveau flamand, Bart l’Informateur est le seul maître à bord. L’empereur De Wever a donc décidé de son propre chef d’appuyer sur le bouton pause ce mois-ci, jugeant qu’il serait absurde d’appuyer sur l’accélérateur au niveau flamand tant que les choses n’avancent pas au niveau fédéral. Un séparatiste qui attend l’avis du fédéral pour savoir comment progresser dans sa région, voilà qui ne manque pas de sel. Mais nous sommes priés, vous et moi, d’entrer dans cette logique. J’ai beau faire de mon mieux, moi, je n’y parviens pas. Et vous ?

Soyons de bon compte : il faut reconnaître que nos informateurs remplissent leur mission avec une ardeur dont l’intensité confine à l’obstination. Comment ça, non ? Il est vrai que Didier Reynders s’est surtout inquiété de sa carrière personnelle ces dernières semaines, et que Johan Vande Lanotte passera bientôt une petite semaine à l’étranger en mission universitaire, mais à quoi bon s’en faire ? Leur tâche principale n’est-elle pas, pour les semaines à venir, de laisser le temps faire son œuvre ? De toute évidence, le PS et la N-VA n’ont besoin de l’aide de personne pour faire un pas l’un vers l’autre. « La pendule fait tic tac tic tac », chantait un fou dans les années trente. Et le sage de faire remarquer que tout vient trop tard à qui sait attendre. Nous sommes priés, vous et moi, de méditer sur le sens profond du ralentissement. J’ai beau y mettre toute ma bonne volonté, je n’y arrive pas. Et vous ?

Qui a dit qu’il était impossible de faire plus cynique ? À cœur vaillant, rien d’impossible ! Bart l’Informateur nous le prouve ce mois-ci en partant en grève, tant que l’Open VLD et le CD&V ne jurent pas, la main sur le cœur, qu’ils n’entreront pas au gouvernement fédéral sans sa chère et tendre N-VA. Drôle de revendication, quand on sait que les libéraux et les chrétiens-démocrates auraient plus à y perdre que les nationalistes. En effet, le cas échéant, De Wever aurait à cœur, pendant cinq ans, de torpiller un gouvernement fédéral à six ou sept partis sans majorité flamande, sous les applaudissements nourris des électeurs du Vlaams Belang qui ont déserté les rangs de la N-VA. Bien entendu, après quatre ans de coalition suédoise, la N-VA s’est accommodée des petits extras que lui a procurés notre système belge, mais quand même… Nous sommes donc priés, vous et moi, de faire preuve de bienveillance à cet égard. J’ai beau tenter, cela m’est impossible. Et à vous ?

Si Bart l’Informateur se montre récalcitrant, Bart le Maïeur, lui, est hyperactif. Il partira ce samedi en Colombie pour renifler un autre air dans le cadre de son impitoyable « War on drugs ». Nul doute que les non-anversois apprécieront cette double casquette, que, d’ailleurs, personne ne lui a demandé de porter. Le 14 janvier, c’est De Wever lui-même qui s’est déclaré prétendant au trône de Flandre ; il savait donc pertinemment qu’il devrait former, après les élections, un nouvel exécutif flamand. Pourtant, il n’a pas daigné rayer son voyage en Colombie de son agenda. Bon nombre d’observateurs y voient par conséquent un nouveau signe de l’abandon prochain de la ministre-présidence flamande au bénéfice de Jan Jambon. Si tel est le cas, Bart De Wever nous aura menti, et nous aurons été roulés dans la farine. Bien sûr, nous serons priés, vous et moi, de faire preuve de compréhension, mais moi, je ne pourrai pas. Et vous ?

© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée