Daar Daar logo

Mesdames et Messieurs du gouvernement, nous ne sommes pas dupes

(c) Pixabay

21 juin 2016

Mesdames et Messieurs du gouvernement, nous ne sommes pas dupes

Temps de lecture: 2 minutes

De grands criminels, cousins des frères kamikazes El Bakraoui, voulaient assassiner autant de supporters que possible lors d’un match des Diables rouges. Jusqu’à l’année dernière, nous nous serions moqués de ce projet comme d’une complète aberration. Mais depuis les attentats de Paris, de Zaventem et de Maalbeek, nous savons que des gens aux idées malades reçoivent des soutiens, trouvent des armes et tuent, pour de vrai.

Les arrestations apportent un soulagement et de nouveaux soucis. C’est un soulagement que de savoir que le terrorisme reste limité au cadre familial. Des cousins qui se sont exercés ensemble au banditisme et s’entraînent sur la voie du terrorisme. Les services de police et de renseignement connaissent bien ce milieu et peuvent agir, ainsi qu’en témoignent les perquisitions menées à quarante adresses grâce au travail traditionnel d’enquête et d’écoutes. Une force de police bien informée et capable d’intervenir, cela inspire confiance.

Malheureusement, nous savons aussi par expérience que pendant que nous mettons un réseau sous les verrous, un autre peut se développer dans l’ombre. C’est ce qu’il s’est passé après Verviers. Paris a été une surprise. Un nouvel attentat ne nous surprendra plus. La vie continue malgré tout, en grande partie. La victoire des Diables rouges samedi a vite effacé du devant de la scène l’arrestation du réseau terroriste. Cela ne signifie pas pour autant que nous vivions dans l’insouciance : nous sommes schizophrènes, mais sains.

Le gouvernement se fait néanmoins beaucoup de souci à notre sujet. Il nous juge désormais trop bien informés sur les personnes menacées et les lieux qui bénéficient d’une protection accrue. Il pense que nous, le public et les médias, n’évaluons pas correctement la valeur de ces informations et que certaines informations nuisent. Peu de preuves l’attestent pourtant, au contraire : en comparaison avec leurs confrères français, les médias belges sont un modèle de réserve dans les enquêtes terroristes en cours. Cela n’empêche pas le Ministre de la Justice, Koen Geens, de vouloir doubler les peines en cas de fuite d’informations et de soumettre à des écoutes son propre personnel de sécurité, avertissant par ailleurs que le secret des sources journalistiques n’est pas sacré dans le cadre des affaires de terrorisme. En résumé, c’est une culture officielle de la défiance que décrète le gouvernement. Oubliées, toutes les annonces sur un manque de personnel de sécurité et de magistrats. Les agents ne vont plus placer des écoutes chez les terroristes mais chez d’autres agents, après quoi les magistrats poursuivront également les agents et les journalistes. Dans quel but ? Nous empêcher de savoir que la police sait que les bars gays constituent des cibles potentielles.

Mesdames et Messieurs du gouvernement, nous ne sommes pas dupes. Lors d’un week-end au cours duquel les informations et les réactions face à un attentat déjoué ont été calmes, ne déclarez pas que la peur est montée en épingle. Essayez de garder la tête froide, comme la population le fait déjà elle-même. Ce n’est pas rendre service à une société libre et déjà soumise à de telles pressions que de brandir la menace d’écoutes et de poursuites.

© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée