Le projet de péages en Allemagne fâche les belges germanophones

9 décembre 2016 | Auteur : | Traducteur : Ludovic Pierard | Temps de lecture : Moins d'une minute

La semaine dernière, la commission européenne a donné son feu vert à l’instauration d’une vignette autoroutière pour accéder au réseau routier allemand. Les tarifs appliqués devraient varier entre 70 et 130 euros, selon les véhicules. La mesure est loin de plaire aux travailleurs transfrontaliers provenant des pays voisins. Elle affecte notamment les quelque 6.000 germanophones belges qui traversent quotidiennement la frontière pour se rendre sur leur lieu de travail.

La CSP avait déjà adopté en janvier 2015 une résolution dénonçant les plans des autorités fédérales allemandes d’introduire un péage pour les voitures. Aujourd’hui, son groupe au parlement de la Communauté germanophone appelle une nouvelle fois son gouvernement à s’opposer à ce projet.

Cette résolution charge le Ministre-président, Oliver Paasch (ProDG), d’inciter l’échelon fédéral à introduire une plainte, soit en se joignant à l’action probable des Pays-Bas, soit en agissant de son propre chef. Le groupe souhaite également savoir ce que le gouvernement germanophone a entrepris dans ce dossier depuis 2015.

« Nous ne pouvons rester les bras croisés », explique Luc Frank, parlementaire CSP, à propos de la taxe dont devront probablement s’acquitter à l’avenir les frontaliers des Cantons de l’Est. « Ce projet de péage pour les voitures est d’une insolence inacceptable. La discrimination à l’égard des propriétaires de véhicules qui ne sont pas immatriculés en Allemagne subsiste, ce qui est contraire au droit européen. » Pour les Germanophones de Belgique, la note risque d’être salée.

Lundi, Oliver Paasch a affirmé solennellement devant la commission compétente du Parlement de la Communauté germanophone qu’il demandera au gouvernement fédéral d’introduire au nom de la Belgique une plainte contre ce projet devant la Cour européenne de Justice, à l’instar des Pays-Bas, mais aussi probablement de l’Autriche.

 

Mots clés : ,

(c) Tomwieden

GrenzEcho

Grenz-Echo est le quotidien de langue allemande en Belgique. Tiré à 13.500 exemplaires, il traite principalement des informations locales.

Traducteur : Ludovic Pierard
Auteur :
Date de publication : 06/12/2016
Article original : Lire l'article