La N-VA remet le cap sur le communautaire

27 avril 2017 | Auteur : | Traducteur : Herve Voglaire Sanchez | Temps de lecture : 3 minutes

Des casquettes jaunes durant le Tour des Flandres, un livre sur la lutte pour l’émancipation flamande et une série de jours d’études. La N-VA insuffle un nouveau souffle à sa ligne communautaire. Suffisant aux yeux de la base électorale flamingante ?

Les nationalistes flamands donnent un nouvel élan à Objectief V

« Nous ne nous étions pas limités à tenir des conférences informelles ou à distribuer des casquettes », précise Hendrik Vuye, ancien idéologue de la N-VA, en grinçant des dents.

Quid d’Objectief V, le groupe de travail visant à préparer le passage au confédéralisme et à l’émancipation flamande lancé au début de l’an dernier par Hendrik Vuye, à l’époque chef de groupe à la Chambre ? Conjointement à Veerle Wouters, le constitutionnaliste était censé préparer la réforme de l’État de 2019 pour le parti. Suite à sa démission en raison de son mécontentement face à la tournure prise par le volet communautaire, l’initiative est tombée dans l’oubli.

Jusqu’à ce que Bart De Wever, président de la N-VA, ne se soit repenché sur la question avant-hier dans la préface de la revue du parti. Sander Loones, parlementaire européen, et Matthias Diependaele, chef de groupe au parlement flamand, ont pris les rênes du projet Objectief V et s’activeront dans les semaines à venir.

Affaire interne

Ne vous attendez toutefois pas à ce que des plans élaborés en vue d’une transition vers un État confédéral ne voient le jour de sitôt. « Désormais, l’accent sera plus mis sur le pourquoi que sur le comment », indique Loones. « Notre but est de convaincre plus de Flamands, or nous n’y parviendrons pas uniquement en fournissant une explication technique et institutionnelle », ajoute-t-il.

Ainsi, un livre qui retrace 200 ans d’émancipation flamande paraîtra la semaine prochaine. Il s’en suivra trois jours dédiés à l’étude en juin. Hans Bourlon, patron de Studio 100 (groupe belge qui produit des émissions de télévision pour enfants, ndlr), viendra notamment prendre la parole le premier jour. Deux spécialistes, suisse et gallois, passeront ensuite les perspectives internationales en revue. La séance de clôture, quant à elle, sera consacrée au confédéralisme et les résolutions prises lors du congrès de 2014 seront remises à l’ordre du jour.

Sans oublier le Tour des Flandres, au cours duquel dix mille casquettes ont été distribuées. L’objectif affiché est de poursuivre cette action cet été.

Force est de constater qu’Objectief V est encore loin de son but initial. « Notre première journée d’étude aurait porté sur la mobilité et la sécurité routière et, concrètement, sur la manière dont nous aurions pu scinder cette compétence », souligne l’ex-président Hendry Vuye. « Sans vouloir entrer dans une polémique avec mes successeurs, il faut tout de même reconnaitre que c’est autre chose qu’une conférence pour le moins informelle d’un Suisse ou d’un Gallois ou encore d’une distribution de casquettes. Nous cherchions également à établir des contacts de l’autre côté de la frontière linguistique, même s’il me semble qu’il s’agit avant tout d’une affaire interne. » 

Le projet Objectief V a été lancé au début 2016, suite au scepticisme d’un nombre d’éminences issues du Mouvement flamand à l’égard d’un cap nationaliste qui se faisait attendre au sein de la N-VA. Le groupe de travail devait faire office de réceptacle des frustrations de la base flamingante du parti.

Lorsque Loones et Diependaele ont repris le flambeau, le projet semblait voué à une mort certaine. Il est désormais important pour le parti de remettre le sujet au cœur des débats afin d’à nouveau séduire dans les chaumières. « La politique est également une lutte d’idées », dit-on. Or la question est ici de savoir si ce nouveau souffle suffira aux yeux des Flamands convaincus.

Geert Bourgeois, ministre-président flamand (N-VA), sert en tout cas la cause. Dans la revue Knack, il avertit que les revendications communautaires devront être remises sur la table des négociations gouvernementales dans la foulée des élections de 2019. « L’ADN de notre formation politique est toujours le même : nous demeurons un parti confédéraliste », rappelle-t-il.

Bourgeois relaye ainsi le message transmis par De Wever dans des interviews plus tôt dans l’année et l’an dernier. Pour les partenaires au gouvernement, en revanche, rien ne presse. Tant l’Open Vld que le CD&V insistent : la question n’est « pas à l’ordre du jour ».

Mots clés : , , , ,

Le présent article a été reproduit avec l'autorisation expresse de l'éditeur responsable de sa publication initiale, tous droits réservés. Toute réutilisation doit faire l'objet d'une nouvelle demande d'autorisation auprès de la société License2Publish, responsable de la gestion des droits d'utilisation : info@license2publish.be.

De Morgen

De Morgen est l’un des quotidiens du Persgroep. Tiré à près de 70.000 exemplaires, il se présente comme étant un journal progressiste, indépendant et de qualité.

Traducteur : Herve Voglaire Sanchez
Auteur :
Date de publication : 26/04/2017
Article original : Lire l'article