Un inconnu qui a « tout pour plaire » face à De Wever

22 juillet 2016 | Auteur : | Traducteur : Fabrice Claes | Temps de lecture : 2 minutes

Les socialistes anversois ont décidé de révéler au grand public le nom du concurrent de Bart De Wever aux prochaines élections communales : il s’agit de Tom Meeuws, 46 ans, inconnu au bataillon. Un pari ? Un calcul, plutôt. « Meeuws peut jouer dans la cour des grands. Il a tout pour plaire. » Sauf une tête connue. « Ça viendra. On a le temps avant 2018. »

Si les verts n’ont rien contre Meeuws, ils n’accepteront pas sans contrepartie qu’il mène la liste d’un éventuel cartel.

Il s’appelle Tom Meeuws. Il a 46 ans. Il est l’arme encore secrète du sp.a qui, au prochain scrutin communal, entend bien reconquérir ‘t Stad six ans après la victoire de la N-VA. Son nom circulait depuis quelque temps déjà, mais au sein du parti, on le confirme : le 8 octobre, Meeuws reprendra le flambeau de la présidence du sp.a anversois. Il succédera ainsi à Jo Vermeulen, l’actuel président ad interim. Meeuws et son parti ont l’intention de se renforcer pour pouvoir chasser Bart De Wever du Schoon Verdiep. Comment ? Nul ne le sait encore : en solo, en cartel avec Groen ou bien sur une liste commune de gauche anversoise, comme l’avait fait Patrick Janssens en 2006 ?

Depuis la défaite de Janssens en 2012, Anvers est passée du statut de bastion à celui de bourbier pour les socialistes flamands. La discorde régnait entre Yasmine Kherbache, Kathleen Van Brempt et Monica De Coninck, les trois femmes fortes du parti. Pas de quoi inquiéter le bourgmestre De Wever donc, qui avait déjà pressenti il y a plus d’un an que son futur adversaire serait inconnu des électeurs, mais connu des cercles du pouvoir anversois. Aujourd’hui, le lapin est sorti du chapeau, et il a un nom : Tom Meeuws. « Il convient à tout le monde », assure-t-on du côté du sp.a. « Il peut jouer dans la cour des grands. »

L’homme des SAC

Meeuws a un profil rouge-vert. Il a d’ailleurs été chef de cabinet de l’échevine écologiste Chantal Pauwels. Sous le maïorat de Patrick Janssens, c’est lui qui a mis au point la politique en matière de sécurité, en y introduisant entre autres les fameuses sanctions administratives communales (SAC). Après la défaite de Janssens, Tom Meeuws est devenu directeur de De Lijn à Anvers, poste dont il a été évincé l’année passée, peut-être pour des raisons politiques. Depuis, le nom de Meeuws est sur toutes les lèvres pour prendre la tête des troupes de gauche. « Il excelle tant sur le fond que sur la forme. Tom a tout pour plaire », explique son parti. Mais peut-il, en deux ans, s’ériger en concurrent sérieux et crédible de Bart De Wever ? « À n’en pas douter. Il est prêt. »

Tom Meeuws nous a confirmé hier qu’il jouera « un rôle important » en 2018. Comme tête de liste d’un parti qui rassemble toutes la gauche ? Prudent, il préfère esquiver la question : « Ce que j’aime, c’est faciliter le travail collectif. » Groen n’a rien contre Meeuws, mais ne l’acceptera pas pour autant sans contrepartie à la tête d’un cartel. Tout comme les fiers socialistes anversois ne soutiendraient pas sans contrepartie une liste tirée par le candidat bourgmestre écologiste Wouter Van Besien. Ensemble ou séparés, sp.a et Groen espèrent être assez forts pour chasser du pouvoir la coalition de centre-droite N-VA-Open Vld-CD&V, avec ou sans le soutien du PVDA (PTB). La clé se situe peut-être du côté du CD&V qui, comme à Gand, pourrait passer de droite à gauche. Mais à Anvers, il se dit que tout ceci n’est que « spéculation » et qu’il est « encore trop tôt ». Affaire à suivre.

Le présent article a été reproduit avec l'autorisation expresse de l'éditeur responsable de sa publication initiale, tous droits réservés. Toute réutilisation doit faire l'objet d'une nouvelle demande d'autorisation auprès de la société License2Publish, responsable de la gestion des droits d'utilisation : info@license2publish.be.

Schoon verdiep, Tom Meeuws, inconnu au bataillon

(cc) Stijn Hosdez

Het Laatste Nieuws

Het Laatste Nieuws est le média flamand le plus populaire, tiré à plus de 320.000 exemplaires. Propriété du Persgroep.

Traducteur : Fabrice Claes
Auteur :
Date de publication : 16/07/2016