Après les journées sans alcool, les journées sans cerveau

2 mars 2017 | Auteur : | Traducteur : Guillaume Deneufbourg | Temps de lecture : 2 minutes

Même Donald Trump peut avoir un sursaut d’honnêteté. Invité à évaluer ses premières semaines de présidence, le nouvel homme fort des États-Unis a fait preuve de franchise : « je me donne un A+ pour les efforts engagés, mais j’ai conscience que ce sont les résultats qui comptent. Pour la communication, je nous attribuerais un C+ : nous ne sommes pas parvenus à expliquer correctement nos intentions au peuple américain. »

Je serais bien curieux de connaître les notes que se donneraient le premier ministre Michel et le ministre-président Bourgeois s’ils devaient eux aussi se livrer à un tel exercice d’introspection critique. L’inflation atteint des sommets. Notre argent se déprécie à vue d’œil. Notre facture énergétique ne fait qu’augmenter. Qu’avons-nous à faire de leurs bonnes intentions si les résultats ne suivent pas ? Comment faites-vous, dans un gouvernement, pour justifier encore ce qui devenu injustifiable ?

L’affaire PubliPart a démontré comment les communes flamandes, à travers leurs intercommunales, se remplissent les poches grâce à votre facture d’énergie. Cette dernière serait plus lourde qu’elle ne le devrait en raison du nombre de taxes inutiles qui s’y cachent, comme le dénonce Andries Gryffroy, spécialiste de la question à la N-VA. Selon lui, la facture moyenne des ménages pourrait diminuer de 115 euros. « Il suffit de deux interventions toutes simples ». Un : supprimer toutes ces taxes cachées et les convertir en redevance non soumise à la TVA. Différence : entre 40 et 50 euros. Deux : faire d’Eandis et d’Infrax, les deux grands gestionnaires du réseau de distribution, une seule et même entité et éliminer ainsi toutes les doubles casquettes et autres doublons. Économie : un bon 65 euros par famille.

Tout cela ne tient-il donc vraiment qu’à cinq petites minutes de courage politique, comme le laisse entendre Andries Gryffroy ? Et le cas échéant, qu’attend alors le gouvernement flamand pour s’y mettre ? La N-VA parle de « no-brainer », d’évidence, de mesure qui ne nécessite aucune réflexion. Après des dizaines de jours sans alcool et autant de jours sans viande, serions-nous amenés à nous passer quelque temps de nos cellules grises ?

Ce n’est pas si facile. La politique est plus qu’une simple question de bon sens, plus qu’un raccourci en faveur de l’intérêt général. La politique, c’est avant tout de la stratégie et de la psychologie. La proposition de la N-VA semble couler de source, mais passe à côté de cette nécessaire psychologie. Un regroupement des taxes dites cachées en une nouvelle redevance se résumerait à un cadeau empoisonné pour Bart Tommelein, ministre de l’Énergie (OpenVld). Depuis la Turteltaxe, les libéraux ont une peur bleue de tout ce qui ressemble de près ou de loin à un coût supplémentaire, même s’il s’agit en réalité d’une baisse. Et cela, M. Gryffroy ne l’a pas oublié. En outre, le gouvernement fédéral risquerait de chercher une compensation pour la perte des recettes liées à la TVA non perçue.

En bref, faire baisser notre facture énergétique de 115 € relève peut-être l’évidence même, mais si la N-VA, et par extension le gouvernement, ne parviennent pas à joindre rapidement l’acte à la parole, cette belle promesse risque bien de leur revenir en pleine figure, à la manière d’un boomerang. Ils renforceront alors la perception que les politiques nous pompent notre argent. L’effet boule de neige de PubliPart a conduit à une avalanche de propositions en faveur d’une meilleure gouvernance et à une surenchère d’économies sur nos factures. Fair enough. Trump le disait lui-même : c’est sur les résultats obtenus qu’un gouvernement doit viser le A+. C’est dans cette matière qu’il faudra convaincre en 2018 et 2019. Sur des résultats concrets, et non sur de nobles intentions, des excuses creuses et une communication stérile. L’électeur évaluera alors la note obtenue, sans plus laisser de place au baratin.

Mots clés : , ,

Le présent article a été reproduit avec l'autorisation expresse de l'éditeur responsable de sa publication initiale, tous droits réservés. Toute réutilisation doit faire l'objet d'une nouvelle demande d'autorisation auprès de la société License2Publish, responsable de la gestion des droits d'utilisation : info@license2publish.be.

(c) Tospy

Het Laatste Nieuws

Het Laatste Nieuws est le média flamand le plus populaire, tiré à plus de 320.000 exemplaires. Propriété du Persgroep.

Traducteur : Guillaume Deneufbourg
Auteur :
Date de publication : 01/03/2017