2015, année de la N-VA

31 décembre 2015 | Auteur : | Temps de lecture : 2 minutes

2015 s’est révélée une année test pour la N-VA. Elle se devait de montrer qu’elle est capable de gérer à la fois au fédéral et en Flandre malgré les critiques de l’opposition et de certains membres du mouvement flamand. Le parti de Bart De Wever a d’ailleurs lancé une campagne publicitaire d’un million d’euros pour prouver qu’il fait son boulot. Au niveau européen, l’Anversois est toujours un grand ami de David Cameron, le premier ministre britannique.

Bart de Wever fume le calumet de la paix

« Si personne ne fait remarquer que nous faisons du bon boulot, c’est à nous de le faire. Même si cela nécessite quelques dépenses ». C’est à peu près le raisonnement qu’a suivi le leader de la N-VA en lançant la campagne « helfie » à l’échelle flamande en mai. L’autre objectif était de briser le négativisme qui règne autour du parti.

Comment la N-VA est devenue le parti de l’establishment belge

On aurait pu croire que l’arrivée d’un parti nationaliste flamand aurait pu réjouir le mouvement flamand. Or c’est tout le contraire : dans un double entretien publié le 11 juillet, De Standaard a confronté le politologue Bart Maddens, intellectuel du mouvement flamingant actuel, à Peter De Roover, ex-chef de file du mouvement populaire flamand (VVB) et ensuite devenu député fédéral N-VA. Pour Johan Sanctorum de Doorbraak, la N-VA est devenue LE grand parti de l’establishment belge.

Le lien entre abattage rituel et séparatisme flamand

Aussi absurde que cela puisse paraître, il existe un lien direct entre l’interdiction totale d’abattre des moutons sans étourdissement et la volonté de créer un État flamand. Pour la N-VA, cette interdiction est une occasion de démontrer de quoi serait capable un tel État. Du moins, jusqu’à ce que le ministre s’attire les foudres de la communauté juive. Article du Morgen.

Bart de Wever ou la folie des grandeurs

DoorBraak, journal proche du mouvement flamand, s’en prend à Bart De Wever, car il s’est comparé à d’Octave Auguste, fils (adoptif) du divin César, empereur des légions et fondateur de l’empire romain. Rien de moins.

Vision 2050, un avenir trouble pour la Flandre

Dieter Bauwens, journaliste à De Morgen, se demande si la Flandre est réellement occupée à bâtir son avenir. Le gouvernement flamand a présenté sa « Vision 2050 », son projet d’avenir à long terme pour la Région. La note présentée ressemble étrangement au prestigieux projet qu’elle avait précédemment proposé, alors baptisé Vlaanderen in Actie (VIA), qui a dans l’intervalle cessé d’exister dans une totale indifférence.

Anvers a-t-elle vraiment changé sous De Wever?

Luk Van Der Kelen, éditorialiste de Het Laatste Nieuws, analyse le maïorat de Bart De Wever à la mi-mandat. Verdict : « Je n’oserais pas affirmer que la ville a connu un changement radical. Il y a plus de policiers, ça oui. Avec leurs minibus, ils sont plus visibles en rue, mais ils n’en sortent pas souvent. L’accent placé sur la sécurité frôle parfois l’obsession. La frustration des automobilistes est présente tous les jours sur le Ring, comme avant. Et les cyclistes reçoivent désormais eux aussi des contraventions. »

De Wever, ce grand ami de Cameron

Ivan Ollevier, journaliste à la VRT, a suivi la visite du président de la N-VA chez le premier ministre britannique David Cameron. La N-VA siège dans le même groupe au Parlement européen que les conservateurs britanniques. Mais partagent-ils autant de points communs ? Le journaliste spécialiste de la politique outre-Manche nous livre son analyse.

Durant la période des fêtes de fin d’année, DaarDaar vous propose chaque jour une rétrospective sur un thème qui a marqué 2015. Une sélection qui provient des nombreux articles que nous avons pris soin de traduire pour vous tout au long de l’année.

Mots clés : ,

(cc) Tineke

DaarDaar

DaarDaar c'est le meilleur de la presse flamande en français. Nous rassemblons pour vous, chaque jour, les meilleurs articles et éditos de la presse flamande, accessibles en quelques clics.

Auteur :