De Standaard

Tiré à environ 100.000 exemplaires, De Standaard était à l’origine un quotidien conservateur. Quotidien généraliste de référence, il est édité par Mediahuis.

Le quotidien De Standaard s’étonne de voir le gouvernement wallon, qui se veut de gauche, recopier presque à l’identique un régime flamand, supposément de droite. La Flandre peut donc désormais clamer qu’elle a un système d’allocations familiales social. Pour plusieurs organisations et experts en pauvreté, c’est une très belle occasion manquée.

Lire plus

Scott et Parwais avaient appris le néerlandais et ils travaillaient. Ils ont été arrêtés par hasard lors d’un contrôle d’identité à bord du même train. Scott a finalement pu rester, Parwais pas. Cela ne s’explique pas. Mais en Belgique, la politique d’asile demeure arbitraire.

Lire plus

L’audit rendu public ces derniers jours a dévoilé une certaine culture du profit personnel chez certains policiers en charge du rapatriement des illégaux. Pour De Standaard, ces révélations mettent en lumière les responsabilités du ministre de l’Intérieur Jan Jambon et de son secrétaire d’État Theo Francken.

Lire plus

« Si le revirement radical américain n’avait pas eu lieu dans le respect de règles démocratiques formelles, on aurait parlé de coup d’État », écrit Bart Sturtewagen. « Quoi qu’il en soit, nous pouvons parler de révolution. Rien n’est plus comme ce que nous connaissions il y a quelques heures à peine. »

Lire plus

L’État a commencé par subventionner lourdement l’octroi de voitures de luxe et de cartes carburant. Mais alors que les routes se congestionnent, que le nombre d’accidents continue de connaître de sommets et que la qualité de l’air est devenue la pire d’Europe, il ne supprime pas ces subventions. Non : il en accorde désormais également aux voitures virtuelles.

Lire plus

Un étudiant averti en vaut deux, surtout à l’approche de la saison des baptêmes. À Anvers, les infractions à la « charte du baptême et de la guindaille » peuvent désormais faire l’objet d’une sanction administrative communale (SAC).

Lire plus

Le ministre de l’Intérieur, Jan Jambon (N-VA), a promis d’engager des travailleurs polyglottes dans les centres d’urgence, comme le 101. Force est de constater que ce n’est pas encore le cas.

Lire plus

La question est de savoir si ce n’est pas par pure nécessité qu’Erdogan a tenté de manipuler l’appareil bureaucratique, judiciaire et militaire ces quatorze dernières années : pour le préserver, tout simplement.

Lire plus

Pour une coalition de sept fédérations patronales, il est hors de question que les parlements régionaux de Bruxelles et de la Wallonie bloquent le nouvel accord de libre-échange entre l’Europe et le Canada. Le dommage pour l’économie flamande serait énorme, prévient le ministre-président Geert Bourgeois.

Lire plus

L’archevêque Joseph De Kesel veut une rupture avec l’héritage de son prédécesseur André Léonard. C’en est donc fini des ­« petits clubs sectaires ». Ce nouveau courant accueille uniquement ceux qui ouvrent les bras à la société, au grand dam des théologiens conservateurs. « De Kesel tente d’imposer sa vision en coulisses partout où il le peut. »

Lire plus

Karel Verhoeven estime que le gouvernement entretient à tort une culture de la défiance envers ses citoyens. Il invite nos ministres à garder la tête froide : « ce n’est pas rendre service à une société libre et déjà soumise à de telles pressions que de brandir la menace d’écoutes et de poursuites. »

Lire plus

Qu’un sang impur abreuve nos sillons ! Aux armes, aux armes ! Qui est un homme meurt comme un martyr ! « Mais qu’est-ce donc ? », pensez-vous. Un pamphlet signé Daesh ? Un mode d’emploi pour les troupes d’Hitler? Rien de tout cela. Ce sont des textes braillés en 2016 par des millions de personnes émues aux larmes.

Lire plus

Le terrorisme est un symptôme, mais l’islam n’est pas le problème : telle est la thèse que soutient l’islamologue américain John Esposito, qui considère le mécontentement à propos de l’Occident comme un moteur bien plus important de l’action terroriste.

Lire plus

Les footballeurs africains rejoignent massivement l’Europe dans l’espoir d’y évoluer au plus haut niveau. En Belgique comme ailleurs, ils sont toutefois vite rattrapés par la réalité lorsqu’ils comprennent qu’aucun club ne veut d’eux. Mais ils ne perdent pas espoir : « Mon heure viendra », assure l’un d’eux.

Lire plus